Rebâtir la France

Rebâtir la France

En plus de relever les trois défis présentés ci-avant, il est nécessaire d’entamer les processus qui permettront de sortir la France de l’ornière. Tout d’abord, il faut refonder notre système politique que les partis se sont accaparé. Cette refondation de la démocratie française nous permettra : d’une part de réduire les dépenses publiques et la dette de l’État ; d’autre part, en rapprochant la décision de son application, de libérer les énergies françaises, notamment économiques. Cette rénovation de l’État et des administrations publiques doit être intégrale : il faudra recouvrer notre souveraineté afin de restaurer l’autorité et le pouvoir exécutif autour des domaines régaliens. C’est un impératif non négociable si nous voulons rétablir la sécurité sur le territoire national et mener une guerre efficace contre le chômage et le terrorisme.

Ainsi, l’intégralité des mesures prises durant le prochain quinquennat seront guidées par cinq principes intangibles : le bien commun, c’est-à-dire le bien de la société dans son ensemble ; la subsidiarité permettant aux citoyens d’agir au sein de société, et à chaque personne de remplir les tâches qui lui reviennent ; la responsabilité qui procède de la volonté que chaque citoyen travaille au bien commun ; la solidarité qui rappelle que tous les Français sont égaux en dignité et doivent être soutenus par la société ; enfin la liberté qui est l’apanage des peuples souverains et qui engendre nécessairement une multiplication des initiatives.

Ces cinq principes seront appuyés par une Grande Charte Nationale. Celle-ci réaffirmera la conception européenne et bimillénaire de l’inaliénable dignité de l’homme. Ainsi, la politique ne doit plus être un pouvoir ou une fonction mais un service promouvant l’homme au centre de la société et visant à son développement intégral. Cette Grande Charte Nationale sera placée en préambule de la constitution, en complément et précision de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Dès les premiers mois de la présidence, il sera nécessaire de poser trois questions aux Français par la voie référendaire.

  • La première portera sur la Grande Charte Nationale qui doit devenir le socle de notre politique. Instaurée par référendum, celle-ci ne pourra être abrogée ou modifiée que par référendum.
  • La deuxième concernera la souveraineté française et la prééminence des lois et coutumes françaises sur les lois internationales. Ce référendum permettra également de fixer la procédure pour transcrire dans le droit français les lois décidées par d’autres instances. En outre, ce référendum réaffirmera la nécessité de l’indépendance française dans les domaines énergétique, numérique et alimentaire.
  • La troisième visera à instaurer une pause migratoire de longue durée – une vingtaine d’années. Cette pause n’est pas un refus de l’étranger, mais une nécessité au vu de la fracturation de la société Française et de la priorité d’intégration des populations récemment arrivées sur notre sol.