was successfully added to your cart.

Requiem pour le parti socialiste

Par 2 février 2017Articles, blog

Si l’on a souvent le physique de ses ambitions, Benoît Hamon incarne bien l’avenir du Parti socialiste : sa disparition.

Seul grand parti de centre-gauche d’Europe occidentale qui hésite encore à assumer la social-démocratie libérale et son rêve fédéraliste européen, le Parti socialiste pourrait bien payer le prix fort de ses balbutiements idéologiques. Alors que Benoît Hamon vient tout juste d’être désigné comme le candidat du PS pour la prochaine élection présidentielle, l’aile libérale du parti se met en retrait, tout comme Manuel Valls. La tentation de rejoindre Emmanuel Macron doit travailler beaucoup de cadres du parti et d’élus qui ne voient et à juste titre, le candidat de gauche que comme le croque-mort d’un dinosaure politique français, manifestement éteint.

Isolé, méconnu, peu expérimenté et sans envergure internationale, Benoît Hamon ne semble pas faire le poids face à la remontée de l’extrême gauche radicale ou écologiste, ni face au renforcement du mouvement libéral-libertaire du très louis-philippard Emmanuel Macron.

L’éclatement guette donc cette gauche championne du « ni-ni », ni libérale, ni socialiste, ni fédéraliste, ni souverainiste, ni communautariste, ni assimilationniste. Et dans ce déchirement, Benoît Hamon n’aurait qu’une sortie, l’extrême gauche ; ce qui aurait au moins l’avantage de rendre le champ politique plus lisible mais pas moins archaïque.

Les Français auront donc une nouvelle chance de faire confiance à des candidats libres et indépendants des grandes familles idéologiques vieilles du XXème siècle. Faisons de cette élection présidentielle, l’amorce d’une nouvelle dynamique pour la politique française ; le général Tauzin, lui, est déjà prêt.

Louis

 

Restez informé













Après avoir validé votre inscription vous allez être redirigé vers la page de don. N’hésitez pas à nous soutenir car nous en avons besoin pour nous développer

felis Donec tristique diam non mattis nunc libero accumsan dolor tempus